Comment se noue le Trait du Cas dans l’acte analytique ?

Séminaire ALI/LYON

Comment se noue le Trait du Cas dans l’acte analytique ?

Luminitza CLAUDEPIERRE, lumimolda@yahoo.fr, 06 20 36 74 71

3è jeudi à 21 h à partir d’octobre 2014 au 20 impasse Beauvallon 69800 Saint Priest.

  • En tant que fiction opératoire à l’endroit du transfert, le Trait du Cas serait à articuler avec un point aveugle chez l’analyste. La proposition de l’extraire des cures par le biais du « personnel dans la pratique » (Lacan) vise à amener l’analyste s’y prêtant dans le groupe de travail à interroger son désir à partir de l’acte soutenu d’un dire, acte qui lui fait « horreur ». Le sujet nous est revenu par une analysante. Elle a pu nommer en séance l’énigme de son geste (irrépréhensible/irrépressible) de gommer le trait de ses propres dessins par ce même effet du Réel : « j’ai horreur de mon acte ». La scansion par un autre dire, celui de l’analyste, qui, à la manière lacanienne, n’est « pas poâte assez », cette scansion opère-t-elle aussi comme un acte de création ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s