TENTATIVES DE FEINDRE L’IMPOSSIBLE ET « FAIRE DÉSIRER »

c’est le titre de mon essai que la revue « Psychanalyse » me fait l’honneur de publier  dans son numéro 35.

Résumé
L’oscillation entre l’âmoureuse et les étendues psychiques où se cultive le désir de désir de l’insatisfaction ne trouve pas de repos chez certains sujets et conduit à l’impossible logique du faire désirer. Peut-on le feindre par la fiction lyrique ? La poétesse russe Marina Tsvetaïeva – l’Aimante par son nom de sinthome –, les analysantes de Lacan et la dite Aurore s’emploient chacune dans son style aux tentatives de faire désirer via l’écriture.

Mots-clés

  • faire désirer
  • écriture
  • l’Aimante
  • Marina Tsvetaïeva

 

Plan de l’article

  1. L’Aimante est poète
  2. La rigidité du sujet dépassé par son acte
  3. Objection à s’identifier au désir de l’autre

Pour citer cet article

Claudepierre Tigirlas Luminitza, « Tentatives de feindre l’impossible et « faire désirer ». », Psychanalyse 1/2016 (n° 35) , p. 25-38
URL : www.cairn.info/revue-psychanalyse-2016-1-page-25.htm.

 

 

 

VIVRE LE MULTILIGUISME

Cliquez pour voir l'image dans sa taille originale

Couverture 300 dpi >>

Vivre le multilinguisme
Difficulté ou richesse pour l’enfant ?
Marika BERGES-BOUNES (ed) – Jean marie FORGET (ed)


Co-Auteurs : Patricia BELOTFrancois BENRAISColette BRINISolveig BUCHPaule CACCIALISandrine CALMETTESCaroline CHASSAINGFrancoise CHECAAngelique CHRISTAKILuminitza CLAUDEPIERRE TIGIRLASDominique DESVEAUXMichele DOKHANCatherine FERRONIsabelle FONTEZJosiane FROISSARTChantal GABORIT-STERNOmar GUERRERONathalie GUERRERO ENKELAARNazir HAMADSouad HAMDANIDominique JANIN-DUCAnne JOOS-DE-TER-BEERSTRozenn LE DUAULT LEE SIMONMartine LERUDEMarie-odile MAIRE-SANDOZDelphine MARUTCharles MELMANAndre MEYNARDKarine PONCET-MONTANGE-JOLYSylvie QUESEMAND-ZUCCAChristian REYLouis SCIARADiana-lee SIMONCorinne TYSZLERJeanne WILTORD

©2015
Psychanalyse et clinique – collection dirigée par Marika Bergès-Bounes et Jean-Marie Forget

ISBN : 978-2-7492-4792-2
EAN : 9782749247922

30.00 €

Acheter en librairie
Commander

Résumé (+)

Voir le sommaire

Du fait des migrations et des déplacements de population, du développement des unions mixtes, nombreux sont les enfants qui sont aujourd’hui confrontés à plusieurs langues dans leur univers quotidien. Ce multilinguisme peut devenir pour eux une richesse mais, dans tous les cas, il génère des difficultés singulières. Entre leur langue maternelle et celle du pays d’accueil, comment  peuvent-ils se repérer  pour saisir leur place et s’essayer à parler ?

Dans un environnement multilingue, leur malaise peut s’exprimer suivant des modalités complexes où se nouent les enjeux de leur place au sein de la famille, le rapport de la famille à la langue du pays d’accueil ainsi que la tonalité de ce rapport. La précarité de l’intégration des parents ou celle de leur relation intime peut peser sur les enjeux de l’acquisition d’une langue étrangère par l’enfant, dès l’accès à la socialisation à l’école maternelle, puis sur son intérêt pour les apprentissages scolaires de la lecture et de l’écriture.

Les symptômes de l’enfant, à l’origine d’une demande de consultation, croisent les questions intimes dont l’expression peut emprunter à la langue étrangère des lettres qui n’existent pas dans sa langue maternelle, les difficultés d’acculturation et les problématiques familiales potentiellement masquées par les freins linguistiques ou culturels.

Cet ouvrage, à partir d’une large gamme d’exemples cliniques et pédagogiques, offre des instruments de compréhension aux praticiens, éducateurs, enseignants, parents, psychanalystes, qui rencontrent dans leur vie professionnelle le multilinguisme, les impasses et les créations qu’il peut générer chez l’enfant.

Mise en vente le 20 août 2015.

Des préludes langues-languissantes

« Des préludes langues-languissantes » est le titre de mon article que j’ai plaisir de publier dans

l’ouvrage collectif « Vivre le multilinguisme Difficulté ou richesse pour l’enfant »,

sous la direction de Marika Bergès-Bounes et Jean Marie Forget aux éditions érès, 2015.

http://www.editions-eres.com/parutions-auteurs/15006-luminitza-claudepierre-tigirlas.htm

Blanc Doïna VIERU« Blanc » par Doïna VIERU

Entre stase – extase, le rythme s’en souffle du Vide médian

Le texte de mon intervention dans le Séminaire « Écritures du vide » peut être lu sur le site de  ALI-Lyon:

http://www.psychanalyse-freud-lacan-lyon.com/index.php/les-ecrits/104-entre-stase-extase-le-rythme-s-en-souffle-du-vide-median-luminitza-claudepierre-2015

Le féminin s’érige du das Ding par le regard qui ne voit pas

Texte issu de mon exposé aux Journées « La condition du féminin aujourd’hui », Chambéry, octobre 2014,  à lire sur le site de ALI-Lyon:

http://www.psychanalyse-freud-lacan-lyon.com/index.php/les-ecrits/103-le-feminin-s-erige-du-das-ding-par-le-regard-qui-ne-voit-pas-luminitza-claudepiere-octobre-2014

ECRITURES DU VIDE: François CHENG

CHENG_ALI_LYON

Doïna VIERU pour Ecritures du Vide François ChengPeinture Doïna VIERU

Scruter la dimension du Vide à travers les oeuvres de

FRANÇOIS CHENG

jeudi 8 janvier 2015 – 20 h 30

ÉCRITURES DU VIDE
Considérer la dimension du Vide poétique, métaphysique, existentiel et son expression clinique à travers des oeuvres littéraires, telle est la tentative de ce séminaire .
Luminitza Claudepierre, Cyrille Noirjean et Jean-Emmanuel Denave se proposent d’interroger les occurences du Vide à l’intérieur d’oeuvres littéraires, s’inscrivant dans le sillon de Freud et de Lacan : « en sa matière, l’artiste toujours précède [le psychanalyste] et il n’a donc pas à faire le psychologue là où l’artiste lui fraie la voie ».
Cette première soirée publique s’intéressera précisément à l’oeuvre de François Cheng, né en Chine en 1929, poète, traducteur et romancier. Élu à l’Académie française en 2002, il évoquera son privilège d’entrer en dialogue avec quelques grandes figures de la pensée française : Lacan, Deleuze, Levinas, Maldiney…
« À travers ma création j’expérimente non les limites du langage, mais au contraire, le pouvoir, virtuel du langage humain qui nous permet de joindre le dire à l’indicible, le fini à l’infini, et surtout l’humain au divin. »
Luminitza Claudiepierre, Entre stase-extase, le rythme s’en souffle du Vide médian
Cyrille Noirjean, « Nommer toute chose à neuf »
Discutant, Jean-Emmanuel Denave
cycle de conférences et de débats ouvert à ceux qui sont intéressés par cette question
séminaire accueilli gracieusement par le théâtre l’élysée
http://www.psychanalyse-freud-lacan-lyon.com
entrée libre
Théâtre de l’Élysée – 14, rue Basse-Combalot – LYON 7
métro ligne

La condition du féminin

Peinture de Doïna VIERU

Peinture de Doïna VIERU

Journées de l’Association Lacanienne  Internationale Rhône-Alpes

Le 3 octobre 2014 à 21 heures

Les 4 et 5 octobre 2014 de 9 heures 30 à 17 heures 30

Auditorium du Nivolet – C.H.S. de la Savoie

Avons-nous des références bien établies pour parler du féminin aujourd’hui.

Nous sommes dans une période où les « progrès » qui ont transformé la condition féminine se payent d’un prix dont les cures nous donnent un certain éclairage.

Du coup le féminin comme abri pour une femme, comment en rendre compte.

Par exemple qu’est devenue la place des femmes, face à la déconstruction de l’Œdipe et de la famille.

Quel appui pour le féminin si la Mère est devenu la pièce maîtresse de l’attribution de la fonction phallique.

Comment est appréhendé le non rapport sexuel si les contraintes de structure entre homme et femme ne font plus partie d’une sorte de savoir inconscient.

Si l’on considère que le féminin est intimement lié à la fonction symbolique c’est-à-dire ce qui s’organise dans le manque, quel accueil est-il possible de faire à ce manque dans un social qui contraint, demande toujours plus d’être présent, visible…

Heureusement le féminin reste toujours à l’œuvre, comme un trait d’esprit, dans des paroles, des symptômes qu’il faut savoir accueillir comme une bonne nouvelle de l’inconscient.

Responsables : Gérard Amiel, Maryvonne Febvin, Marisa Fiumano, Sylvie Lanfray, Jean‑Paul Hiltenbrand, Françoise Rey

Programme

Vendredi 3 Octobre – 21h00

Présidente :                           Laurence Meignin
Discutant :                            Christian Rey

Jean Christophe Brunat :       À corps perdu
Sylvie Lanfray :                    Mal(e)- aimée
Maryvonne Febvin :              Réunions Tupperware

Samedi 4 Octobre – 9h30

Président :                             Jérôme Lebaud
Discutant:                             Suzana Morath

Françoise Rey :                     Introduction
Luminitza Claudepierre :       Le féminin s’érige du Das Ding, par le regard qui ne voit pas
Amandine Jayet :                  L’indécision du désir féminin
Odile Fombonne :                  Comment le féminin implique-t-il le langage ?
Helen Sheehan :                    Ein Mädchen für alles, extrait du journal intime de Rebekka

Samedi 4 Octobre – 14h30

Président :                             Gilbert Letuffe
Discutante :                           Elisabeth Chrysanthou

Marisa Fiumanò :                  Les intérêts du sexe
Olivier Coron :                      Éloge de la pudeur
Nadine Epron :                      La condition d’ombre ne fait pas nécessairement une vie de fantôme
Annie Gebelin Delannoy :     Une femme… condition-elle

Dimanche 5 Octobre – 9h30

Président :                             Frédéric Davion
Discutant :                            Alexis Chiari

Jean Luc Cacciali :                 Y a-t-il une nouvelle économie psychique côté féminin ?
Pierre Arel :                          Une femme, que peut-elle attendre d’un homme aujourd’hui ?
Karine Poncet –Montange : Plus celles d’antan ?
Marianne Amiel :                  Cœur brisé

Dimanche 5 Octobre – 14h30

Présidente:                            Dominique Janin Duc
Discutant :                            Pierre Marchal

Gérard Amiel :                       D’une extraction difficile.
Anne Marchal  Joos:             Objet de / objet cause de : se déprendre du maternel
Jean Paul Hiltenbrand :          Il n’y a qu’une libido, la mâle, dit Freud

Droit d’entrée : 60 € ; étudiants : 40 €

Nombre de places limité dans l’auditorium